Dans les années 1960, il obtient quelques rôles secondaires au cinéma. Après plusieurs passages à la télévision allemande, portugaise, et espagnole, il entame des tournées en Afrique du Sud et aux Etats-Unis notamment. Il obtient un véritable succès en 1971 avec le spectacle "Et alors", joué au Théâtre de la Michodière pendant treize mois.

Le prix du Brigadier, récompensant l'événement le plus marquant de la saison théâtrale, lui est attribué. Au cinéma, il joue dans "Je ne sais rien, mais je dirais tout" et au théâtre dans "Un certain rire incertain". Il continue de travailler pour le petit écran en participant en 1985 au téléfilm "Le Prix d'un homme" pour France 3. Bernard Haller, homme pluridisciplinaire, enchaîne les tournages en jouant dans "Max, mon amour" en 1986 aux côtés de Charlotte Rampling, "La Soif de l'or" de Gérard Oury, "Coup de jeune" de Xavier Gélin, "Les Charlots en folie" ou bien encore "Le Roi des cons".

Ces dernières années, Bernard Haller est apparu à plusieurs reprises dans des séries télé: "La Crim", "SOS 18", "Les aiguilles rouges". Il a joué en 2005 dans "Les poupées russes".

Sa dernière apparition au cinéma date de 2007, où on le retrouve dans le film de Jean-Jacques Annaud "Sa majesté Minor" dans un rôle de druide où il est difficile de le reconnaître.